MES SOUVENIRS A PORT EN BESSIN-HUPPAIN EN NORMANDIE

Mes souvenirs à PORT EN BESSIN

PORT EN BESSIN est une commune française située dans le département du Calvados en Normandie, un port pittoresque avec pont à levage et écluse. Son histoire est liée à la mer et dédiée à la pêche au poisson frais et à la coquille saint Jacques. La Fête de la coquille Saint-Jacques et des produits de la pêche y consacre un week-end chaque année. Port-en-Bessin abrite depuis le moyen âge, les pêcheurs locaux et les navires de passage qu’ils soient marchands ou guerriers. Les scènes d’assaut censées avoir été tournées à Ouistreham dans le film « Le jour le plus long » ont été tournées à Port en Bessin.

Port en Bessin étant construit autour de magnifiques falaises donne la possibilité d’ y grimper. De là-haut, la vue est juste magnifique.

—————-

La première fois que je suis allée à Port en Bessin, j’avais 10 ans à la fin des années 60. Nous partions avec mes parents, mes frères et moi dans une maison louée pour le mois d’août. Une superbe maison rue Torteron. J’avais une grande et belle chambre. Nous y sommes allés à trois reprises tous les deux ans. Dans la cour à côté de la cuisine , je me souviens qu’il y avait plein de petits chatons. Nous les nourrissons. Tout en haut de la rue, se trouvait un camping sur la falaise.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 20200901_172818.jpg

Nous aimions accéder à la tour Vauban, une tour d’artillerie dominant l’entrée du port. Quand la marée était basse, on pouvait se promener sur la plage, se baigner, ramasser des coquillages et admirer les falaises. Le soir, nos balades se faisaient autour du port et sur les digues que je n’aimais pas trop car un des côtés n’avait pas de rambarde et j’avais le vertige. D’ailleurs, j’ai toujours le vertige.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 20200902_101545.jpg
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 20200901_172853.jpg

Il arrivait que le matin de bonne heure, mon père m’emmène voir les pêcheurs déballer leurs poissons sur le port après 1 ou 2 jours en mer.. Nous pouvions acheter directement . Et comme nous restions un mois complet, mes parents avaient décidé que nous mangerions du poisson tous les jours.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 20200902_095526.jpg
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 20200901_205222.jpg

Une année, il y a eu la bénédiction de la mer. Bénédiction fêtée tous les 5 ans et qui rend honneur aux marins-pêcheurs disparus en mer. Je me souviens des bateaux superbes décorés de fleurs.

Mon père avait acheté des cannes à pêche. C’était très sympa de pouvoir pêcher soi-même.

Je me souviens au coin d’une rue, une salle de jeux avec des baby foot et des flippers. C’était le rendez-vous des jeunes du port. Chaque fois que je passais devant, j’ aimais entendre les hits de l’été qui sortaient du juke box.

Vers le 15 août la fête foraine s’installait et avec mes frères, on s’amusait dans les autos tamponneuses. Le soir, nous avions eu droit à un beau feu d’artifice.

Sur le port, une passerelle s’ouvrait pour laisser passer les bâteaux soit pour partir en mer, soit revenir. Cela faisait partie des distractions à voir. Nous avions un chien Bobby, il avait peur d’y passer, alors mon père le portait. Un jour, une dame de Port en bessin est passée sur cette passerelle  et voyant Bobby dans les bras de mon père s’est exclamée «  oh, il a pou le p’tit bonhomme », ce qui voulait dire bien sûr « il a peur le p’tit bonhomme».

Nous allions visiter les villes connues des alentours en autre «  Arromanches », et son musée, cette ville côtière restée célèbre pour le rôle qu’elle avait joué dans les débarquements du 6 Juin 1944.

Non loin, Colleville-sur-Mer et son cimetière militaire américain situé juste au-dessus de la plage dite d’Omaha Beach.

Sainte mère l’église, point de départ des plages du débarquement et l’américain  John STEELE, le célèbre parachutiste, resté accroché au clocher de l’église.

Plus tard, beaucoup plus tard, je suis retournée avec mon ami à Port en bessin. Mais avant, nous avons fait un détour pour visiter Le château de Vendeuvre qui abrite le musée du mobilier en miniature. J’ai bien sûr acheté toute une panoplie.

Arrivée au port, je suis retournée voir la maison où nous logions avec ma famille. L’émotion était au rendez-vous

Le camping au bout de la rue sur la falaise a été remplacé par une aire de pique-nique et la vue sur Port en Bessins reste splendide. Je suis allée sur la fameuse passerelle où mon chien avait peur et je suis remontée à la tour Vauban. Les digues n’ont toujours pas de rambardes sur un côté et j’ai toujours autant le vertige pour y passer . A marée basse, je m’évade sur le sable envahi par les algues et je reste en admiration devant les falaises.

Beaucoup de petits magasins ont disparu, y compris la salle de jeux. Avant de visiter d’autres musée,nous avons été voir l’ église de Port en Bessin et le musée des épaves.

Nous avons parcouru les villes des alentours, j ‘ai revu le cimetière américain, Arromanche et son musée, Sainte mère l’église et son parachutiste.

« D-Day Experience » se trouve à Carentan les Marais et offre la possibilité de grimper dans la carlingue d’un avion C-47 datant de 1943 pour une simulation de vol. Sept minutes de vol et d’intenses émotions. J’ai essayé de filmer ,mais ça bougeait dans tous les sens . Impressionnant avec son décollage d’Angleterre. on peut apercevoir à travers les hublots la manche, les navires en route vers les plages normandes avec les vrombissements des moteurs, les vibrations, les odeurs d’huile chaude et les fumées.

En sortant du musée, j’ai acheté un blouson militaire pour mon petit-fils.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 20200902_154836.jpg

Juste à côté « le Dead Man’s Corner Museum » où Le matin du 6 juin 1944, le commandant des parachutistes allemands, le Major von der Heydte y établit son poste de commandement et le Dr. Roos y établit une infirmerie de campagne.

Nous partons vers Le Musée des Automates à Falaise, tout est dédié aux civils pendant la seconde guerre mondiale. Nous nous retrouvons plongés à travers une rue reconstituée sous l’Occupation avec ses boutiques et ses maisons d’habitations. l’ambiance sonore d’époque est juste impressionnante.

Un peu plus loin, Il y a une petite boutique trop sympas avec une collection d’objets de la vie quotidienne. J’y trouve un pot de colle à l’ancienne. La même colle que j’avais à l’école primaire. J’ouvre le pot, l’odeur me transporte des années en arrière. J’adore cette odeur.

Puis nous entrons dans l’ histoire de Guillaume Le Conquérant. Le château de Falaise est magnifique . On nous propose une visite immersive à l’aide de tablette tactile revivant le passé du château . Exceptionnelle.

Le musée de Quinéville « Le World War II Museum » est situé le long de la plage d’Utah Beach. Il retrace le parcours chronologique complet de la Seconde Guerre mondiale en Normandie.

Nous passons voir le « Pegasus Bridge » à Bénouville . Ce célèbre pont, après avoir été pris d’assaut le 6 juin 1944 a été enlevé du Canal de Caen en 1993 pour être remplacé par une copie un peu plus grande.

L’original du pont se situe au musée Mémorial Pegasus à deux pas du pont.

Nous restons émerveillés devant la maquette du chemin de fer miniature à Clécy . 400m de rail sur 310m², 250 locomotives, 450 wagons, 650 maisons illuminées par des centaines de petits lampadaires. Nous n’avons pas assez de nos yeux pour admirer ce travail.

Nous sommes repartis de la Normandie avec de belles images plein la tête . Tous mes souvenirs de petite fille et ado sont restés intactes. Bien sûr, nous y sommes retournés avec cette impression d’être dans un véritable havre de paix.

Et puis grâce au château de Vendeuvre, j’ai reconstitué chez moi une petite maison avec son mobilier en miniature.

Dominique TABEUR