LA QUARTIER, LA CITE, le 93, BONDY

La cité, j’y ai vécu toute petite dans le 93. Je dirais même que j’y suis née. Je suis un bébé de la cité. Et puisque j’y suis retournée une bonne partie de ma vie avec mes enfants, je peux en parler. J’ai beaucoup de bons souvenirs mais aussi des mauvais comme partout. Je préfère me rappeler du positif. Nous étions une grande famille. C’était la solidarité, une bonne ambiance, une manière de vivre , on se sentait en sécurité. Chacun aidait son voisin. C’était : « Chez toi, c’est chez moi ». On avait besoin de farine, de lait ou autre, on allait cogner chez le voisin. Quand les fêtes arrivaient, nous décorions les paliers. Ma voisine et moi , nous faisions fort, certains venaient admirer notre chef d’œuvre. Les courses lourdes à porter, les jeunes du quartier arrivaient pour aider, c’est automatique. La mixité y faisait son charme, il n’ y avait pas de différence, on était tous pareils. Un environnement sans frontière. Les enfants jouaient tous ensemble. Nous nous retrouvions souvent en bas à parler sur un banc avec les mamans ou près du porche avec notre gardienne d’immeuble . Nous l’aimions bien, on lui racontait nos joies et nos peines. Elle nous écoutait. Un jour, je suis arrivée avec mon sac de courses et en passant sous le porche , j’ai glissé et je me suis retrouvée assise bêtement les jambes bien droites devant moi. Ma fille Katia et ses copines se trouvaient là . Bon, elles ont UN PEU ri et moi j’avais UN PEU mal. Pas grave, j’avoue, c’était trop drôle. Vivre en cité, c’est aussi la précarité, la débrouille, l’exclusion de la société…..c’est soit, tu t’en sors, soit tu sombres. J’éprouve souvent un sentiment de nostalgie quand je repense aux bons moments, cet univers chaleureux de la cité. J’adore revoir ma fille si mignonne dans mes pensées , elle courait beaucoup derrière un ballon et me faisait penser à Laura Ingalls. J’adore me rappeler de mon fils Mickey avec sa bouille de poulbot qui faisait craquer tout le monde. Quant à mon petit Bryan, il est arrivé plus tard dans notre vie. Bryan et son regard bordé de grands cils noirs, un p’tit gars juste magnifique.