MES ÉCRITS

 

20200126_114139l'innocence

 

——————————————————————–***************************

Plus j’avance en âge et plus je deviens ma meilleure amie ce qui est plaisant, c’est qu’elle ne me contredit jamais.
Je ne m’occupe plus de ce pensent les gens de moi, je n’ai surtout rien à prouver personne.
J’ai même appris que le mauvais pouvait à l’occasion être bon, s’il ne fait de mal à personne.
Je ne vivrai pas éternellement mais comme je suis encore là, je ne perdrais pas de temps à m’inquiéter de quelque chose que je ne peux pas changer ou qui n’arrivera jamais, ou encore d’attendre quelque chose ou quelqu’un qui selon moi est la meilleur façon d’être déçu
Je me permets de manger un bon gâteau à la crème à l’occasion et de manger un petit carre de chocolat. Non ce n’est pas vrai je mange la tablette entière et la boite si on m’en offre. Au passage j’aime les chocolats belges.
– DOM –

***************************

Personne n’est de taille à lutter contre l’amour.
On part avec tout l’amour que l’on a donné.
L’amour est plus fort que la mort
L’oreille est relié au cœur et l’œil est trompeur.
Il n’y a pas d’amis, il n’y a que des moments d’amitiés.
Quand on n’a pas ce que l’on aime , il faut aimer ce que l’on a.
Le difficile n’est pas de monter, mais, en montant, de rester soi.
Il faut penser avec son cœur et non avec sa tête.
Pour plaire aux autres , il faut déjà se plaire à soi même
Une personne qui montre une image qui n’est pas la sienne est une personne idiote.

*******************************************

 « La vie est un voyage. C’est comme un grand bateau, on y monte un jour et on en descend sans retour. Sur ce bateau, il y a des surprises, des joies, des malheurs…
Quand on naît, on embarque sur ce bateau. Nous rencontrons d’abord nos pa-rents. Et puis, un jour, ils descendent pour ne plus remonter, nous laissant face à nous même avec une profonde tristesse.
Certains n’ont jamais la chance de connaître leurs parents et restent toute leur vie dans l’incompréhension.
Puis, au cours du voyage, il peut y avoir les frères et sœurs, les cousins et cousines que nous aimons très fort et qui peuvent descendre avant nous. Nous éprouvons alors un grand vide mêlé à la peine.
Nous rencontrons les amis. Des belles histoires naissent et puis certains quittent le navire. Nous ne comprenons pas toujours pourquoi les gens que nous aimons nous laissent voyager seul à un certain moment.
Dans ce voyage, pour beaucoup, nous avons la joie de donner naissance. Nos chers enfants nous comblent de bonheur. Mais il peut arriver que la vie nous les arrache. Ils descendent du bateau pour ce non-retour et nous basculons alors sur un autre bateau car l’autre ne nous correspond plus. »

**************************************************