RECITS DE MES VOYAGES AUX ETATS UNIS / l’HISTOIRE DES ETAT UNIS

Passionnée des Etats-Unis, je vous fais partager mes voyages

De New York à Chicago, d’ Atlanta à la New Orléans en passant par Memphis et Nashville…., de Las Vegas à Los en Angeles, de Dallas à San Francisco en passant par Oklahoma City et Santa Fe, une bonne partie de la route 66 avec ses musées, ses motels, les stations services abandonnées…., les parcs splendides comme Monument Valley, le Grand Canyon, Brice Canyon, Yosemite…, des lieux mythiques incontournables tel que le ranch SouthFork, Universal Studio, Bagdad Café, Cadillac Ranch….., de quoi s’évader et se projeter pour un éventuel voyage.

Des récits de mes périples, de mes road trips, des films où j’y apporte du rêve, des photos commentées et une partie consacrée à l’histoire des Etats Unis.

*******************************************************

NEW YORK – ILLINOIS – 1989

En juin 1989,  je suis invitée à New York. Départ de l’aéroport d’Orly.  Je suis euphorique L’avion a  2 heures de retard, pas grave. Même 10 h, j’attends. Une fois dans l’avion, impossible de dormir, J’ai  hâte d’arriver. Quand l’avion se pose sur le territoire des Etats Unis, je me dis que je réalise un rêve . Mes amis new-yorkais m’attendent.

Nous partons pour Brooklyn. Ma première nuit aux Etats Unis fut donc à Brooklyn. L’architecture des immeubles  me rappelle les vieux films américains.  Idem à l’intérieur     

Le lendemain, nous prenons l’avion direction Chicago dans L’Illinois pour nous rendre à un mariage. Je regarde par le hublot, c’est fabuleux, nous volons au  dessus de New York.

L’hôtel à Chicago se trouve devant le lac Michigan. On dirait la mer tellement le lac est grand . Nous sommes conviés pour assister à la répétition du mariage comme dans les films.  Le lendemain, c’est le grand jour. Mais je suis tellement fatiguée par le décalage horaire que je m’endors presque non pas pendant la cérémonie mais  à table durant la fête. Petits et grands dansent ensemble avec des chorégraphies style  Broadway. La classe.

Nous retournons à New York cette fois en train. Plus de 30 h  de trajet. Il y a une bonne ambiance. Certains américains dansent dans le wagon restaurant. Même s’ils ne se connaissent pas, les américains se parlent très facilement. Prendre le train aux States permet de voir des endroits inaccessibles en voiture. A faire dans le pays entier. Grand terminal central, la gare monumentale de New York est plus qu’une gare, un vrai musée !

Je découvre une ville hallucinante. Je pense que soit on adore, soit on déteste. Bon, inutile de vous expliquer combien je suis en admiration.  A  Manhattan, les  gratte-ciel donnent le vertige tellement ils sont élevés, parmi eux  se trouve «L’Empire state Building »  rendu célèbre par le film « King Kong «.  Les sirènes de police et pompiers et l incroyable  marée de taxis jaunes sont impressionnants. Beaucoup de bruits dans cette ville, c’est permanent. Le métro est assez vieillot et dangereux. Se balader seul le soir dans la ville est aussi dangereux. Je découvre Harlem avec ses immeubles et escaliers extérieurs. Ça me rappelle le film « West Side Story ». 

Nous  prenons le bateau direction « la statue de la Liberté  » qui est l’un des monuments  les plus célèbres des Etats Unis. Quand je suis devant la grande dame, je dis à mes amis  » encore un rêve de réalisé ».

.  

A cette époque-là, les tours jumelles du World Trade center dominaient le décor de New York. J’ai pu monter jusqu’au dernier étage, 106 étages. La vue de là-haut était incroyable.

Nous avons fait de bonnes balades à moto. Mes amis m’ont fait découvrir la campagne de l’Etat de New York, c ‘est immense, ainsi que Poughkeepsie, petite ville très sympa qui est le siège du Comté de Dutchess. J’ai dormi dans des petites maisons  faites de bois  aux fenêtres guillotines.  Les jardins restent ouverts, pas de clôture. Nous avons passé aussi une journée dans le Massachusetts. J’ai été dans des bars où il y avait de la danse country. Je n’imaginais pas qu’ un jour, j’ allais moi même donner des cours de danse country. On nous a servi des  pizzas énormes ainsi que des Hamburgers délicieux à triples étages. Mais impossible pour moi de tout avaler.

J’ai passé un bon séjour  plongée en plein cœur de la vie américaine . J’espère retourner à New York, Il y a encore tellement de choses à découvrir. La prochaine fois, j’irais voir du  gospel, ça c’est sûr.

Lorsque j’ai pris des cartes postales pour envoyer en France, mes amis ont  regardé mes cartes qui présentaient un bon aspect de la ville. Ils m’ont dit  : »ca c’est du rêve , ce n’est pas la réalité ».

LE NEVADA – LA CALIFORNIE – L’ ARIZONA – L’ UTAH – 2013 

En 2013 , je suis partie aux Etats unis en circuit avec Yolande,  danseuse dans mon club artistique. Nous sommes arrivées à l’aéroport Charles de Gaulle le matin du 5 mai 2013. Mon ami Eric nous a déposées. L’angoisse, on ne nous trouvait pas sur la liste des passagers ! Nous avons donc attendu et finalement, on nous a retrouvées. Ensuite 1h30 de retard pour le décollage.  Bon, nous y sommes, nous décollons.

Nous en avons pour un long moment et  pour passer le temps, nous visionnons des films. D’ailleurs, nos écrans vidéo sont décalés de côté et bien sur c’est tombé sur nous,  Les autres passagers ont leurs écrans bien en face d’eux. Quelques heures plus tard, nous atterrissons à Charlotte (l’escale). Une heure seulement pour passer la douane et l’émigration. Ce n’est pas suffisant car il y a du monde. Bon je suis passée relativement vite. Pour Yolande, c’était un peu plus long et pas de chance, la personne devant elle n’en finissait pas d’être questionnée. Donc résultat, on a loupé l’avion pour Las Vegas. Encore l’angoisse. Nous nous sommes retrouvées avec 4 autres personnes dans le même cas, incroyable, ils font partie du même circuit que nous. Nous avons attendu le prochain vol. Arrivés à Las Vegas dans le Nevada, nous survolons la ville, c’est plein de lumière, wahoo . A peine sorties de l’avion, nous traversons un casino. Notre guide nous attend avec tout le groupe, une vingtaine de personnes.  Puis à l’hôtel « Circus Circus », c’est un labyrinthe.  A un moment, j’ai même  perdu Yolande. Nous trouvons enfin notre chambre. Une belle chambre d’ailleurs. Je regarde par la fenêtre, ça y est, j’y suis.

Le lendemain, nous avons pris un fabuleux petit déjeuner, il y  avait un immense buffet. C’était un délice. Puis Yolande et moi sommes sorties devant l’hôtel. J’ai crié ‘’ J’y crois pas, nous sommes à Las Vegas ‘’.

Las Vegas est la plus grande ville du Nevada et aussi la capitale du jeu. Cette ville a été fondée par les mormons en 1855.

Ensuite nous  avons pris la route avec le groupe et notre guide. En avant  pour la grande aventure. Nous nous  sommes retrouvés  dans le désert du Mojave juste en sortant de Las Vegas.   Mieux vaut ne pas s’ y aventurer dans ce désert, c’est très dangereux.  Au fur et à mesure nous découvrons les montagnes qui offrent un visuel magnifique. J’ai l’impression que ces montagnes sont recouvertes de velours.

En Californie, la 1ere étape fut « Calico  » fondée en 1881, une ville fantôme, ancienne mine abandonnée. Depuis, le village est visité par les touristes, décors et ambiance western garantie . Des films y ont été tournés. Nous avons mangé dans un saloon. Il y a l’école à l’ancienne comme dans « la petite maison prairie ».

Nous avons fait  le parc national de Yosemite qui se trouve dans les montagnes de la Sierra Nevada . Il est renommé pour ses séquoias géants centenaires et pour Tunnel View, point de vue emblématique sur la chute vertigineuse du Voile de la Mariée, et les falaises granitiques d’El Capitan et du Half Dome. 

Arrivée à San Francisco,  (ville aux 40 collines), nous passons  devant des maisons colorées  marquées par les hippies, une communauté qui rejetait tout mode de vie traditionnelle pour vivre librement en paix et en harmonie dans le monde entier. Cette ville, fondée par des Espagnols, est le berceau du jeans ‘ fondation de  Lévi- Strauss ).  Les rues sont pentues, faut être sportif.  Heureusement que  « le  câble car »  existe . Il escalade les rues  de la ville sur la ligne Powell-Hyde de l’angle de Powell et Market St pour aller jusqu’à l’angle de Hyde et Beach. C’est un moyen de transport entraîné par des câbles souterrains depuis le création de la ville. Yolande monte « Lombard street », cette rue connue pour être la plus tortueuse du monde et bordée  de maisons victoriennes. Moi je me contente de la regarder , ce n’est pas que je suis faignante, hein! Mais voyez vous, j’ai eu un claquage au mollet droit en dansant 2ans auparavant, alors je  fais attention maintenant. Nous avons fait à pied un petit bout du  célèbre pont du Golden Gate « Golden Gate Bridge ». C’ est un pont suspendu reliant San Francisco à la ville de Sausalito. L’ancienne prison    Alcatraz   se trouve au large de la Baie, elle est à 5 ou 6 km. Nous arrivons  à Pier 39 qui est une jetée aménagée en centre commercial près du quartier de Fisherman’s wharf. Une colonie d’otaries, appelés « lions de mer » a élu domicile sur les pontons à l’ouest du quai. Par contre, nous n’avons pas vu la maison bleue.

Visite du village de Carmel où Clint Eastwood fut maire de 1986 à 1988 .  Ce charmant village d’une propreté exemplaire est rempli  d’une centaine de galeries d’arts d’ œuvres entre autres des jolies peintures de paysages marins. D’une jolie fontaine , des Escalators extérieurs (comme à Las Vegas) et des magasins de mode, de souvenirs et restaurants.

En passant par la  ville de Monterey , célèbre pour son aquarium avec ses milliers de plantes et d’animaux marins, je vois une  biche dans la rue. Je tombe sous le charme. J’adore  les biches. Du coup je ne vois qu’elle. 

Nous nous retrouvons au Danemark. Heu non à Solvang. Cette  ville, fondée par un groupe d’éducateurs danois  donne une idée du Danemark. Un havre de paix qui abrite une copie de Little Mermaid, la petite sirène.

A Santa Barbara, les  arcades blanches, les maisons aux toits à tuiles rouges me font penser à la série télévisée. Bah oui je regardais la série. Je peux même vous chanter le  générique.

La plage de Malibu est superbe, mais je n’ai pas vu de sauveteurs en maillot de bain rouge. Nous sommes passés devant la maison de la chanteuse CHER.  Il y a des  villas dans les hauteurs des collines qui font rêver.

A Los Angeles, je marche sur le «  Walk of Fame » à « Hollywood bd » bien connu pour ses étoiles au sol portant chacune le nom d’une célébrité. Je vois beaucoup de magasins mais je trouve ce bd quand même assez simple.  Il y a des théâtres  dont   le « Hollywood and Highland Center », où sont remis chaque année les oscars du cinéma.  Les gens sont pour la plupart extravagants, il y a des Michaël JACKSON et des Wonder Woman partout.  Et puis, il y a moi avec mon chapeau, je le porte tous les jours, alors ça c’est cool.. Nous avons pu voir le signe HOLLYWOOD au loin dans les montages.  J’aurais bien aimé pouvoir y monter .

Le studio Universal, c’est géant ! Me retrouver dans les décors de cinéma et voir les effets spéciaux, il n’y a pas de mots. Je reconnais certains décors de films. Nous avons traversé le site de la série  » Desperate Housewives », Dommage que les acteurs n’y sont pas. Trop bien les maisons. Beaucoup d’entre elles sont vides car le tournage intérieur se fait en studio.  Dans le parc, nous avons fait la maison des horreurs, j’ai paniqué dans le noir.  Heureusement,  devant moi, il y avait un jeune homme assez grand avec un tee shirt blanc. Je me suis agrippée à lui tout le trajet en tout bien tout honneur. Yolande riait aux éclats.

Nous sommes sur la route 66, je suis aux anges. Nous nous arrêtons au Bagdad café devenu célèbre après le tournage du film « Bagdad Café » en 1987. Son nom d’origine est « Sidewinder Café ». On nous accueille avec la célèbre musique du film « Calling you »  . Je passe derrière le bar et les touristes me prennent en photo.  Ma copine me dit « c’est normal , avec ton look, les gens doivent penser que  tu fais partie du décor , on pourrait même croire que tu es la patronne ». Je me sens chez moi, j’adore.

Seligman dans l’Arizona se trouve aussi sur la 66 . Une ville emblématique ou « Angel DELGADILLO », le barbier le plus célèbre des États-Unis  y est le défenseur de cette route mythique en 1950. Il a d’ailleurs rasé Johnny. La ville présente des panneaux vintages,  une  concentration de voitures d’époque, des gift shops et des mini-musées dédiés à la Mother road.

La route 66  a été construite en 1926 pour relier l’est et l’ouest, de Chicago à Santa Monica, 2 278 miles (3 665 km). Elle traverse huit états : Missouri, Kansas, Oklahoma, Texas, Nouveau Mexique, Arizona et Californie. C’était la  route des émigrés. La route de la fuite. Elle s’appelle Mother road. Elle est restée « l’Historic Route 66 ».  Certaines portions sont impossibles à pratiquer. Les bikers l’empruntent régulièrement.  Ils ne portent pas de casque, juste un bandana. Ils tiennent leur vie entre leurs mains.  

Le grand canyon nous offre un spectacle grandiose. C’est un esprit de tranquillité, c’est un havre de paix et de sérénité. La gorge a été creusée par le fleuve Colorado.

Devant le parc de Monument Valley dans l’Utah, j’ai les larmes aux yeux. Ce panorama naturel aux formes géomorphologiques , je  l’ai en photo chez moi,  j’ai tellement rêvé d’ y être ! Alors à ce moment précis,  je ne vois plus personne, je n’entends plus personne, je dévore les rocheuses des yeux, East et West Mitten, Merrick Buttes, Elephant Butte, The Three Sisters, Totem Pole, Artist’s Point et John Ford’s Point.. Je prends la terre rouge de cette terre sacrée dans mes mains, c’est gigantesque.. Le site fait partie d’une réserve des Navajos. Ils nous font visiter et nous mangeons avec eux. Ils n’aiment pas les photos, mais miracle, ils acceptent avec moi. Si si je vous assure, c’est vrai.

On nous a proposé  le survol du lac Powell, un lac artificiel créé sur le fleuve du Colorado par le barrage de Glen Canyon en 1963. Le vol doit durer 1 demi-heure. J’avais  peur car j’ai le vertige mais j’y suis allée. Au décollage, je me suis sentie à l’aise alors j’ai filmé pendant 10 mn, la vue est splendide puis les 20mn restantes,  j’ ai été malade et j’ai vomi dans un joli sac prévu à cet effet. J’ai tout balancé sur Yolande. Je parle du caméscope et de mon sac bien sûr. Les passagers ont dû m’entendre vomir en filmant, ils auront un souvenir de moi, ha ha ha. Je suis ressortie de cet avion en titubant. 

Le soir même à «  PAGE » dans l’Arizona, une soirée country au restaurant nous attendait, j’ai repris du poil de la bête. Yolande et moi étions habillées country et arrivées au resto, les gens nous ont applaudies, notre look a fait un super effet.  Avant de commencer la soirée, nous avons  fait une démo toutes les deux sur un  »tush push endiablé’. Tush push, c’est une danse country rock pour ceux qui ne connaissent pas. Puis, j’ai enchaîné en animant  un cours au milieu du restaurant devant le Colorado, alors là, trop top.  Je choisis de montrer « Cowboy Boogie », une danse bien connue dans le monde de la country. Ensuite la soirée a continué, des américains  ont commencé à danser «Copperead road ».  Nous nous apercevons qu’ils ne commencent pas la chorée comme nous l’avions apprise. Résultat, impossible de la faire correctement. Qu’est-ce qu’on a pu rire. Bon après, on s’est rattrapé  sur «Black Coffee». Au cours de cette soirée, nous avons appris une danse que j’ai montrée plus tard à mes adhérents. Je l’ai appelé   »PAGE ».

Bryce canyon, dans l’ Utah , est indescriptible avec ses stalagmites géantes de couleurs différentes, ses sculptures naturelles comme des poupées avec sa dentelle de rocher. Comment la nature peut-elle faire de telles choses

Nous traversons Kanab, la ville entourée de merveilles où la première tentative d’installation remonte à 1858 avec l’arrivée d’un missionnaire mormon.

Nous terminons notre voyage en retournant à Las Vegas, la ville qui ne dort jamais. Ça bouge, ça joue,  ça brille, c’est démesuré. Les  hôtels sont des villes dans la ville. Dans certains hôtels, on ne sait plus si c’est le jour ou la nuit. Nous découvrons « le Vénétian », c’est carrément  Venise avec ses gondoles.  « Le Mirage» avec son volcan qui explose et les jets d’eau qui dansent devant le bellagio au gré de la musique.  « Le Circus Circus »,  un cirque dans l’hôtel. Le stratosphère, des manèges s’y trouvent tout en haut et attention des manèges qui  te projettent dans le vide. Je n’y monterai pas, c’est sûr.  « Fremont Streets », alors là oui j’étais  sans voix et  pas en voyant Spartacus mais parce que tout s est éteint, la rue s’est plongée dans le noir et  un écran géant a recouvert le ciel.  Le concert de Freddy MERCURY avec son « We will rock you » et  » We are the champions » est retransmis sur cet écran géant. Nous  sommes envahis d’une émotion intense de la tête aux pieds. Je décide à ce moment même de terminer mon prochain spectacle avec cette musique. Nous avons passé à nouveau la dernière nuit à l’hôtel « Circus Circus » avec son petit déjeuner phénoménal .

Nous repartons pour la France avec des souvenirs inoubliables.  Mais avant j’ai fait une bonne crise de spasmophilie dans l’avion. Nous avons parcouru plus de 4000 km. Yolande a été au petit soin pour moi, ce que j’ai pu l’embêter,  »Yolande t’as pas ci , Yolande t’as pas ça, Yolande, j’ai mal à la tête….. ». Je lui ai fait défaire sa valise plusieurs fois. Sa valise d’ailleurs ressemble à une petite armoire bien rangée. La mienne est sans dessus dessous.   Nous nous sommes retrouvées coincées dans la porte d’un ascenseur en voulant sortir trop vite. Quelle patience pour me supporter, mais elle ne m’en veut pas , si c’était à refaire, elle n’hésitera pas un seul instant.

Et puis nous avons tellement ri et partagé de supers moments. Une fois, on s’est perdu. Nous avons retrouvé notre chemin grâce à mon merveilleux sens de l’orientation.

J’ai adoré ce voyage, le désert, les villes avec les montagnes à l’horizon, les p’tits dèj,  les boutiques.

De retour à Paris, je les ai cherchées partout ces montagnes à  l’horizon. Les images me restent dans la tête.

LE TEXAS – L’ OKLAHOMA – LE NOUVEAU MEXIQUE  – L’ ARIZONA – L’ UTAH – LA CALIFORNIE –  LE NEVADA – 2014  –

Bon et bien, difficile de redescendre sur terre et de retrouver la réalité.  Ce voyage fut un rêve. Je souhaite à n’importe qui de le vivre. Nous avons vécu notre rêve américain. Je dis bien « notre » car le rêve a américain n’existe pas. Il existe dans les films .  Nous recherchons tous ce que nous voyons dans les films mais la réalité est autre chose. Et ce que nous survolons dans un circuit organisé ne montre que le bon, et moi dans ce road trip, j’ai filmé ce qui est bon et ce qui est moins bon .

Nous avons parcouru le Texas, l’Oklahoma, le Nouveau Mexique, l’Arizona, l’Utah, le Nevada, et la Californie.

Cette fois, c’est le contraire, c’est Yolande qui nous dépose à l’aéroport Charles de Gaulle. L’année d’avant c’était Eric qui nous avait déposées pour notre voyage aux States.

Nous sommes arrivés Eric et moi à Dallas au Texas,  le 2 juillet 2014 avec un vol direct.

Moi toujours pareil, avec ma valise sans dessus dessous. Par contre la valise d’Eric   ressemble à une petite armoire bien rangée. Tiens ça me rappelle quelqu’un. Ah oui, c’est Yolande.

Un vol direct sans problème. Passage à l immigration sans problème,  on ne m’a même pas posé de question. Les agents de l’ aéroport portaient un chapeau western à la JR Ewing.  Récupération de la voiture de location et en avant pour de nouvelles aventures aux USA.

Visite de Dallas avec ses buildings, son troupeau de statues de taureau en bronze à « Pioneer plazaé et le « Dealey Plaza » où J. F. KENNEDY a été tué.

Puis le ranch « Southfork » de la série télévisée « Dallas » à Parker. Un ranch de 246 hectares. Je rêve, je cours  partout dans la maison comme une gamine. Oui bon bah voilà, c’est mon côté enfantin qui a ressurgi grave. A ma demande, Eric m’a filmée sortant de la maison. J’ai visité chaque point fort de ce ranch magnifique que je voyais à la télé, les scènes extérieures de la série y étaient tournées. Les scènes intérieures étaient tournées en studio à Hollywood. Tous les décors se trouvent maintenant dans la maison et j’ai pu m’asseoir dans le fauteuil de J.R. Ce ranch fut construit par Joe DUNCAN en 1970. Il y vivait avec sa famille lorsque le tournage a commencé. Mais lorsque le lieu a commencé à être célèbre, la famille a déménagé car il était difficile d’ y vivre en privé. L’endroit étant devenu l’attraction touristique principale de Dallas.

.

Passage à Fort Worth, une ville qui est devenue un site touristique avec un véritable décor de western. J’en prends plein les yeux.

Sur le bord d’une route, Il y a une maison  de pionniers fermées juste à côté d’un musée avec une église à l’ancienne. La maison a un carreau cassé alors j’entre par la fenêtre du carreau cassé. J’avance en filmant, tout y est, le mobilier, le linge, de la vaisselle. C’est entretenu mais non habité.  Il y a une odeur que je n’avais  jamais sentie avant. J’avais l’impression qu’il y avait une présence, des fantômes. Je n’ai pas trop traîné.

Nous avions prévu de faire une bonne partie de cette fameuse route 66, « Mother road » qui relie Chicago à Santa Monica.

Nous avons donc commencé Mother Road à Tulsa dans l’Oklahoma en sachant que certaines portions étaient impossibles à pratiquer. Cette route allait nous faire traverser 6 états : Oklahoma, Texas, Nouveau Mexique, Arizona et Californie. Pour les 2 autres états restants soit : Missouri et Kansas, nous verrons pour une autre fois. A Tulsa, le magasin Harley Davidson  s’y trouve, je me suis achetée un super tee shirt et une chemise Harley pour mon petit-fils. Trop belle la chemise

La route nous ramène au Texas. Passage obligé au « Cadillac ranch » à Amarillo où j’y laisse ma signature en taguant à la bombe mon prénom sur une des cadillacs  à demi enfoncées dans le sol, un alignement de 10 veilles Cadillacs. Elles sont repeintes tous les ans.

Un texan m’a prise pour une texane. Non sans blague, c’est vrai. Et puis, en allant aux toilettes, des américaines ont beaucoup aimé mon look western. Je leur ai fait un cours de danse country.  Bah oui dans les toilettes .

Les musées  de la route 66 sont  hallucinants, un retour en arrière dans les années 50 et 60 est assuré. Marilyn, mon idole est en photo partout. Et puis les stations-service abandonnées qui donnent des frissons. Le pont «route 66 Bridge » qui rappelle des vieux films. Le «  Rock Café » de Stroud, hyper célèbre car les créateurs de Pixar-Disney se sont inspirés de la gérante des lieux, Dawn Welch, pour le personnage de Sally Carrera (la petite amie de Flash McQueen). Et puis tous ces cimetières de voitures anciennes qui ont fait le bonheur d’Eric pour son album souvenir sans oublier les camions de toutes beauté que nous avons croisés. Les trains au loin qui passent et qui sont d’une longueur interminable. « Lincoln County Museum of Pioneer History », le musée des pionniers. « The Big Texan Steak Ranch » où le défi est de finir en moins d’une heure un steak de près de 2 kg surnommé « The Texas King ».

Un arrêt au « Mid-Point café » à Adrian au Texas, exactement à mi-chemin entre le point de départ et d’arrivée de la route 66.

Je suis montée dans un bus school, le véhicule pour les enfants du domicile à l’école.

A Santa Fe au  Nouveau Mexique, nous sommes tombés en panne. Nous avons dû changer de voiture. Santa Fe est une ville magnifique avec son architecture de style Pueblo. Certains y vivent comme des cowboys. C’est aussi un centre de tourisme et des arts. De nombreux artistes s’y sont installés depuis les années 80.

Après nous être arrêtés une journée à Albuquerque, la plus grande ville du New Mexique, nous arrivons  dans l’Arizona pour nous retrouver au milieu de nul part, là il ne vaut mieux pas tomber en panne.

Nous profitons pour passer par Seligman avec son barbier célèbre  « Angel DELGADILLO »  défenseur de cette route 66 en 1950. Le décor reste égal à mes souvenirs et les voitures d’époques sont toujours un régal pour les adeptes .

Nous roulons jusqu’à Flagstaff, connue sous le nom de « ville des sept merveilles » . Elle doit son surnom aux sept merveilles naturelles qui l’entourent. Après un bref passage au « Muséum Club », nous nous sommes reposés et là je rêvais au lendemain car nous partions pour Monument Valley dans l’Utah, le site des navajos . Nous avons parcouru le site  en libre et en quatre- quatre.  27 km en terre, qui se faufile entre les buttes et les rocheuses. De la poussière, des vues à couper le souffle, des sensations fortes.  Avant d’y entrer, j’ai eu la même sensation qu’en 2013. Toujours aussi magique . Nous avons marché sur les traces de John Wayne et sur les traces du célèbre film ‘’il était une fois dans l’ouest . Nous avons vu un coyote. Il court très vite, c’est moi qui vous le dit. Pas le temps de le prendre en photo. J’ai revu mes navajos et un cavalier est venu me dire bonjour car mon look l’intriguait.

Le soir, nous avons dormi à Page, la ville où j’ai dansé avec Yolande et animé un cours dans un restaurant en 2013.

Avant d’arriver à Las Vegas, la ville des casinos dans le Nevada, je vois au loin la stratosphère. Elle domine, c’est beau.  Je me dis, ça y est, je retourne dans cette ville qui me fascine. Nous déposons nos bagages au « Circus  Circus». Et oui, j’avais beaucoup aimé cet hôtel. Le P’tit dèj, un régal. LOL.

Nous décidons de visiter l’hôtel «  Le Paris ». La tour Eiffel en version beaucoup plus petite que l’original s’y trouve à l’entrée.  Le soir, le streat est  illuminé, grandiose, c’est un autre monde, il fait 4 km.  Le jour ça reste assez simple. Tout autour du street, ça ressemble à une  banlieue. Le contraste est énorme. Il y a beaucoup de pauvreté.

Avant de retourner à Los Angeles en Californie, nous sommes passés par Calico, cette ville fantôme très western. Je retourne voir l’école que j’avais beaucoup aimé et cette fois, je me prends au jeu. Me voici à jouer Laura Ingalls qui court comme dans la série.

Puis direction  le mythique « Bagdad Café ». Par contre par rapport à 2013 là c’est vide, pas de musique « calling you », juste la serveuse et la patronne, Andréa qui nous fait un grand sourire.  J’ai fait sa connaissance. Je n’oublierais jamais notre rencontre, une dame adorable. J’ai fait une photo avec elle et je lui ai raconté que je parlais de Bagdad dans mon spectacle, elle était tellement émue qu’elle m’a embrassée. Je me suis amusée à refaire une petite scène marchant avec ma valise jusqu’àu Bagdad. Eric m’a filmée (comme dans le film, bah oui j’aime bien le cinéma)

Sur le « Walk of Fame » à Los Angeles,  je déambule sur les étoiles comme une fofolle. J’ai revu  Michaël JACKSON, Wonder Woman,  et tout et tout ….En plus nous étions dans un hôtel juste devant Hollywood bd. Le kiff

A Beverly Hills, nous passons devant certaines maisons de stars. Des maisons superbes. Je marche dans les avenues grandioses et je m’arrête devant la maison qui a appartenu à James STEWART le temps d’une pose.

Puis parcours  sur la côte Ouest en longeant l’océan. Passage à Santa Barbara, la ville aux arcades bien blanches. A Carmel où Clint Eastwood en fut maire. (Clin d’oeil à Eric qui en est fan).

San Francisco est la dernière étape de notre road trip.. Nous avons roulé sur le « Golden Gate Bridje ». Eric était dans une émotion intense. Il réalisait un de ses rêves. Je l’ai même filmé au volant. Après notre traversée du pont, nous arrivons à Sausalito, un des sites préférés des bourgeois-bohèmes. Au « Lombard Street » que je n’avais pas pu grimper en 2013 à cause de mon claquage au mollet, nous prenons cette rue de l’autre côté et nous la descendons en voiture en mode cool.. Ensuite ce n’est pas moi qui a fait un jeu de rôle mais Eric. Fan aussi de de Steeve Mac Queen, Il a tenu à refaire une scène du film «  Bullit » en l’endroit même ou Steeve Mac Queen sort d’un immeuble et traverse la rue à l’angle de Taylor et de Clay. Un gamin. Mais que vouliez -vous que je dise! Hein ! J’ai fait pareil au ranch de Southfork. Enfin, je me retrouve cinéaste de grand film l’espace d’un instant.

Dans notre périple, j’ai eu le délire d’entrer dans les vieilles maisons abandonnées   tout en filmant.  J’avais l’impression qu’elles m’appelaient. Quand j’y pense, j’ai été complètement inconsciente. Un jour, nous nous sommes arrêtés  devant une grande maison. Je me suis approchée ; A l’intérieur tout était cassé, un ordinateur, une gazinière ,des jouets d’enfants. ..J’ai voulu passer par derrière car la porte était fermée. A ce moment-là,  Eric me dit  «  Dom vient on s’en va . Je ne voulais pas partir moi je voulais entrer.  « Dom y a quelqu’un  dans   une  voiture qui vient d’arriver et qui nous surveille » . Je pensais au départ qu’il ne voulait pas que je rentre par prudence mais j’ai vite compris  qu’il disait vrai. Il y avait bel et bien quelqu’un qui nous surveillait. Nous sommes très vite partis.

Des gens, des familles ont dû laisser leur maison avec tout dedans  à cause de  la crise financière par rapport au crédit en 2008( la base du fonctionnement américain).   Ensuite tout a été pillé et saccagé dans les demeures.  C’est terrible et triste.

En tout cas, nous avons rencontré un peuple très souriant avec toujours un « hello » ou un « Hi » très agréable . Nous sommes entrés dans les profondeurs de l’Amérique là où les gens travaillent jusqu’à plus d’âge sans se poser de questions,  là où certains ont tout  et là où certains n’ont plus rien.

LA CALIFORNIE – L’ ARIZONA – L’ UTAH – LE NEVADA – 2017  

Ce voyage en 2017 fut un voyage en mémoire de mon fils Bryan. Mon fils partit trop tôt à l’aube de ses 21ans et qui rêvait d’aller aux Etats unis, surtout Las Vegas.

Son départ pour l’éternité brisa mon cœur à tout jamais et j’ai dû faire de ma douleur une force pour continuer à survivre.

Ma fille Katia et moi sommes partis pour Bryan le 30 septembre 2017. Vol direct Paris Los Angeles. J’ai donc refait l’ouest Américain pour la 3eme fois. Tant pis si je connaissais mais Katia non et puis notre « On the road Bryan » était important . Nos yeux sont devenus au cours de ce voyage les yeux de mon fils. Je l’ai emmené dans mon cœur .

Après notre arrivée à Los Angeles, nous sommes parties pour Las Vegas. Un jour avant, il y avait eu une fusillade pendant un concert country. Katia et moi avons reçu des tonnes de messages par nos proches et nos amis de France qui avaient peur que nous soyons au concert à ce moment-là. Nous avons pu les rassurer. Nous allions bien.

Pour la 1ere soirée, ma fille étant fan de Céline DION m’a suivie pour aller voir le concert au Caesar palace. Un concert grandiose. Les larmes ont coulé lorsque nous avons entendu la chanson « All by myself» une chanson que mon fils aimait beaucoup.

En passant devant la « stratosphère tower », j’aperçois les manèges tout en haut de l’hôtel que je n’avais jamais remarqué dans mes précédents voyages. Des manèges qui  te projettent dans le vide. Après 3 jours passés à Vegas, j’ai laissé volontairement un tee-shirt de Bryan dans l’hôtel.

Katia a beaucoup aimé les sites comme Brice Canyon et le Grand Canyon dévoilant un panorama magnifique. Monument Valley où l’émotion est toujours aussi intense. Le parc Yosemite où cette fois, j’y ai vu des Amishs. La vallée du feu aux couleurs flamboyantes de certains rochers en grès et la vallée de la Mort, un des endroits les plus secs au monde ; deux sites que je découvrais cette année-là.

Nous sommes passées sur le barrage de Glen Canyon près du lac Powel.

A Calico, la fameuse ville fantôme au décor pionnier, nous avons eu droit à une reconstitution de scènes western. Je suis retournée voir l’école et j’ai pu y entrer et m’asseoir devant les pupitres à l’ancienne.

Puis en passant à Seligman, cette petite ville très vintage, j’ai enfin fait la connaissance d’Angel Delgadillo, le barbier qui a sauvé la portion de la route 66 passant dans sa ville.

Et bien sûr l’incontournable détour au « Bagdad café », nous attendait, mais la patronne ne s’y trouvait pas. Par contre, la musique « calling you » était au rendez -vous.

A San Francisco, nous sommes descendues à pieds sur le lombard street. J’avais pu descendre cette rue mythique avec Eric en voiture en 2014 .

Nous avons pris le câble car et dévalé la ligne Powell-Hyde pour ensuite prendre le bateau et faire une belle balade sur la baie de San Francisco. La vue en dessous du « Golden Gate Bridge » est impressionnante. Nous contournons Alcatraz, là aussi c’est impressionnant.

Dans le ciel , l’armée de l’air nous fait un magnifique défilé, nous sommes arrivées un jour fête. Le soir, une limousine nous attendait pour la traversée du « Bay Bridge », constitué de deux ponts suspendus reliant San Francisco   et Oakland.

Passage à Santa Barbara, la ville blanche et Solvang, reflétant le Danemark avec sa magnifique petite sirène, copie de Little Mermaid. Carmel, petit village au décor de rêve, qui eut comme maire Clint Eastwood.  Monterey où je suis tombée sous le charme d’une biche en 2013. Et Malibu où nous avons fait des photos devant le panneau « Malibu » .

Je me suis promenée seule à Santa Monica sur la plage, j’en avais besoin. Je me suis ressourcée, j’essayais de me vider la tête . J’avais l’impression d’être seule sur terre. J’ai été faire un cliché devant le panneau de la fin de la route 66. Cette route mythique s’arrête à Santa Monica.

.

Le guide nous a souvent laissés libre. Un soir dans un hôtel , il y avait une soirée Blues. Je me suis évadée dans la musique.

Il y a eu cette fameuse soirée country à Page. Page où j’y avais animé un cours en 2013. J’avais mon chapeau sur la tête et le chanteur country de la soirée est venu me chercher pour aller sur scène. J’ai traîné ma fille avec moi. Nous nous sommes retrouvées à jouer du tambourin sur scène avec le rythme country. Ma fille ne savait plus où se mettre. Ensuite, je me suis retrouvée une fois de plus à animer une danse en ligne.

A Los Angeles sur le « Walk Fame », Katia a trouvé l’étoile de Céline DION, je l’ai prise en photo avec l’étoile. Nous avons passé une journée à Universal studio, où ma fille a pu faire « Harry Potter », le rêve d’une des ses filles.

Nous avons pris le chemin de l’aéroport à Los Angeles. Moi avec ma valise toujours en désordre, et Katia avec sa valise rangée comme une armoire, elle aussi!!!!

Nous avons réalisé ce que mon Bryan voulait faire .

Je continue à réaliser ses rêves et à perpétuer sa mémoire à travers un blog et l’écriture.

LA GÉORGIE – LA CAROLINE DU NORD – LE TENNESSEE  – LE MISSISSIPPI – LA LOUISIANE –  LE TEXAS – 2018

Me revoilà donc partie aux States avec mon amie Mireille en 2018 cette fois direction le sud sur la route du blues et de la country.

Et toujours avec les yeux de mon fils.

Les paysages ne sont pas l’Ouest Américain mais la culture au niveau de l’histoire, de la musique, des gens …. y est très enrichissante. Et puis ce circuit fut intense, Nous avons eu un guide exceptionnel. Il a fait de ce parcours un spectacle à lui tout seul, un show mêlant chaque étape du circuit à une musique correspondant au thème soit country soit blues soit cajun, jazz, rock et blue grass . Nous arrivons à l’aéroport de Charles de Gaulle le 12 octobre 2018 enjouées de faire ce périple ensemble. Ma valise n’a pas changé, c’est toujours le foutoir mais par contre ce qui change c’est que Mireille a un sac de voyage qui ne ressemble pas à une petite armoire bien rangée. Enfin quelqu’un comme moi. Mireille et moi nous nous sommes connues dans un stage de danse country en région parisienne et au fil du temps sommes devenues amies. Une escale est prévue à Londres. Pas grave, je préfère une escale en grande bretagne plutôt qu’aux Etats Unis. C’est beaucoup plus facile à gérer et puis l’aéroport de Londres est assez petit.
A Atlanta capitale de la Géorgie, nous sommes attendues par ce fameux guide. L’aéroport est immense, c’est le plus grand du monde. Direction l’hôtel pour se reposer. Le lendemain, nous faisons connaissance du groupe. Puis départ pour la visite guidée d’Atlanta, ville jumelée avec Toulouse . Les Jeux olympiques d’été se déroulèrent à Atlanta en 1996. Je n’ai jamais été trop fan du coca cola, mais je fais néanmoins une photo avec la statue de John Pemberton, inventeur du coca à Atlanta en 1886. Puis passage devant La maison Margaret Mitchell, auteur de « Autant en emporte le vent ». J’ai adoré ce film avec les acteurs de l’époque, Vivien Leigh et Clark Gable.

Nous nous arrêtons devant la maison natale de Martin LUTHER KING pasteur baptiste et militant non-violent afro-américain pour le mouvement des droits civiques des noirs américains. Il prêcha dans l’église baptiste d’Ebenezer, là où son père et son grand-père avaient officié auparavant. Nous entrons dans cette église, je m’assois et me met à rêver.

Non loin se trouvent les «Les shotgun houses », logements individuels devenus, à partir des années 50 un symbole de pauvreté. Etant donné la disposition en enfilade des pièces et des portes, si l’on tirait un coup de feu dans la porte d’entrée, la balle traversait d’une traite cette porte et la maison, pour ressortir par la porte de derrière.

Nous passons au fox theatre ancien, le palais du cinéma devenu un lieu d’arts de la scène.
Puis nous prenons la direction de la Caroline du Nord, en autre la chaîne des Appalaches, et traversons  « Great Smoky Mountains », le territoire des indiens  Cherokee. Un arrêt pour faire des photos. La vue est splendide.

Nous sommes à Nashville dans le Tennessee, le berceau de la country. Nous partons faire la visite du temple, le Parthénon, où quelques étudiantes américaines nous offrent un tour de chant a cappella. Puis, non loin de la tour Batman, nous entrons dans un univers magique, en plein cœur de la capitale mondiale de la country music, « Music Row ». Ce quartier regorge de bars, de concerts, de boutiques, de restaurants ,de danseurs. Là se trouve le musée de Johnny Cash . Visite du Country Music Hall of Fame and Museum, « Temple de la renommée et musée du country ». Le soir, il est prévu une soirée country dans un club avec un cours de danse. Je me prépare pour cette soirée comme je les aime. J’avais prévu mon costume country, mes santiags et mon chapeau . J’en ai ramené deux car il y en a un pour Mireille. Soirée mémorable. Nous reconnaissons certaines danses faites par les américains et sans hésiter Mireille et moi nous nous lâchons sur la piste. Puis à l’écoute de Cotton eyed Joe, j’entreprends avec Mireille une danse patner. Sans nous en rendre compte, nous entraînons une grande chenille derrière nous. Puis j’enchaine des danses «  mustang Sally , tush push … et je constate que les américains me suivent. Je vois le contentement du guide sur son visage. Il me remercie en fin de soirée et me dit «  entraîner des américains à danser en ligne à Nashville et bien faut le faire. Bravo à toi ».

Un détour par Jackson Ville « Old Casey Jones Village ». Un endroit très sympa, un ancien village cowboys avec un super petit musée pour ceux qui sont intéressés par l’histoire des chemins de fer.

A Memphis, nous visitons le Lorraine Motel où Martin LUTHER KING fut tué en 1968. Quelle émotion en passant devant sa chambre. Ses voitures sont restées garées devant. A côté du motel se trouve le musée National des droits civique consacré au Mouvement afro-américain. II y a le bus où Rosa Park refusa de céder sa place.

Nous arrivons à Beale street qui est est la principale attraction de la ville de Memphis . On y trouve un nombre important de clubs et de restaurants, souvent autour du thème du blues ou du Rock’n Roll. D’ailleurs, le soir, nous sommes partis dîner dans un club avec concert de rock et blues. 

Le guide nous raconte une histoire abracadabrante. On y croit pas. Il paraît qu’ à l’hôtel Peabody, le plus luxueux de Memphis, les canards sont rois. Deux fois par jour, les clients peuvent assister à la marche de cinq canards entre la fontaine du hall et l’ascenseur menant à leur enclos luxueux. Et bien, c’est vrai, nous l’avons vu de nos propres yeux.

Nous passons devant des studios d’enregistrement avant d’aller visiter le « Sun Studio ». Le studio d’enregistrement où de nombreux artistes y ont laissé leurs traces. Je découvre le micro d’Elvis PRESLEY. Graceland, la résidence ayant appartenu à Elvis, nous ouvre ses portes. Elvis a vécu dans cette demeure avec une grande partie de sa famille. Impressionnant de se retrouver dans ce lieu ou le King a vécu et fait rêver tellement de personnes à travers ses chansons. Nous apprenons avec surprise qu’il avait un frère jumeau mort né. Elvis meurt dans sa salle de bain après une attaque cardiaque en 1977. Il est enterré à Graceland. Nous nous recueillons devant sa tombe. Il y a d’ailleurs la tombe de ses parents et de son frère.

Déjeuner route via Indianola dans le Mississipi , ville natale de B.B.KING, Blues Boy de son vrai nom Riley B. King, considéré comme l’un des meilleurs musiciens de blues,. Il a eu une grande influence sur de nombreux guitaristes.

Nous traversons un carrefour « The Crossroads » à Clarksdale qui n’est pas un carrefour comme les autres. Trois guitares bleues entrelacées et un panneau « the crossroads » marquent  la route du Blues. Une histoire s’y cache. En 1930, Robert Johnson, chanteur et guitariste de talent y aurait vendu son âme au diable en échange de devenir le maître du blues.

Un arrêt à Greenwood Plantation à Saint Francisville laisse place aux rêves. Un lieu avec de  nombreux tournages de films dont la série « Nord et Sud » avec Patrick SWAYZE. Cette plantation a pris feu en 1960. Puis a été reconstruite à l’identique en 1968.

Arrivée en Louisiane, nous parcourons la capitale « Bâton Rouge » avant de rejoindre la New Orléans. Au passage, le guide eut l’idée de nous arrêter devant un décor Halloween hallucinant.

Dans ma chambre d’hôtel à la Nouvelle Orléans, nous sommes en hauteur et je suis là à rêver devant la fenêtre. Je suis face à plusieurs buildings. Dans le hall , il y a un magnifique trompe l’œil montrant des musiciens de jazz. J’ai le coup de cœur pour cette ville : son vieux carré français, ses maisons aux styles colonials avec les balcons en fers. La maison de Brad Pitt. Oui oui, j’ai bien dit Brad Pitt. J’ai d’ailleurs attendu qu’il sorte et devinez quoi ! Et bien rien. Brad, oui je l’appelle par son prénom, ne vit plus à la Nouvelle Orléans . J’étais dég. Enfin !!! c’est comme ça. La plus ancienne pharmacie française est devenue l’un des plus riches musées d’histoire de la pharmacie et à l’angle de Bourbon et St Philip, il y a là un des plus vieux bâtiments de la ville abritant un bar.  Certains des habitants de la nouvelle Orléans, descendants des créoles Français parlent encore le français . C’est une ville qui a beaucoup inspiré les artistes. La Maison Napoléon est située dans le quartier du vieux carré français. Napoléon n’a jamais vécu dans cette demeure qui lui avait été offerte par le maire en 1821 . Il est décédé avant de pouvoir y vivre. 

A ce moment là, je pense à mon père, qui est devenu écrivain historien et qui a écrit son 1er livre sur Napoléon

Nous partons manger et faire une balade sur Le bateau à aubes au large des rives du Mississippi. Le bateau fait penser aux aventures de Tom Sawyer, le roman de Marc TWAIN. Nous avions d’ailleurs découvert son saloon à Natchez. La sirène, l’ambiance musicale, tout y est pour passer un super moment.

Puis Mireille et moi arpentons les rues de la Nouvelle Orléans pour faire des achats et visiter. Le soir, nous sommes sorties et avons longé la rue Bourbon (Bourbon Street ) qui est une rue historique célèbre et qui longe le vieux carré Français. La rue est bordée de nombreuses maisons typiques au style souvent français. On y trouve des clubs de jazz, de country, de blues…. Une ambiance de folie. Nous avons terminé la soirée dans un bar où un groupe se produisait sur scène avec des chansons mêlant du Michael Jackson à Bruno Mars . Il y avait là un chanteur qui avait le style du chanteur PRINCE et qui avait quasiment la même voix. Étant adepte de ce chanteur, ma soirée fut un véritable délire .

Promenade dans les bayous, cette zone marécageuse qui s’étend sur tout le sud de l’État louisianais. On y trouve des alligators. Le guide nous raconte une histoire. Lors d’une promenade avec un groupe, le bateau est passé à ras des feuillages et un serpent est tombé au milieu du bateau. Les gens du groupe ont sauté dans le marais….. avec les alligators. Bon heureusement tout s’est bien terminé.

Le soir, nous dinons dans un restaurant pour une soirée « Fais dodo », soirée cajun à Lafayette. Lafayette est le cœur du Pays Cajun et la capitale francophone de Louisiane. La musique cajun  est un mélange de genres musicaux et culturelles des ballades des Acadiens. Elle a influencé en particulier la musique country.

Houston est la dernière étape du voyage. C’est la plus grande ville du Texas. La visite de la NASA est programmée . Immense et Impressionnante avec sa salle de contrôle et la fusée saturne V.

Nous terminons la soirée dans un grand centre commercial avec une patinoire.

Le lendemain matin, un taxi est venu nous chercher Mireille et moi pour nous emmener à  l’aéroport de Houston.

Petite anecdote : je poussais vaillamment  les valises sur un chariot quand soudain une valise tombe. Je suis littéralement passée par-dessus. Ne me voyant plus, Mireille se dit « mais elle est où? Bah, j’étais allongée par terre . Un monsieur a accouru pour m’aider à me relever. On a bien ri.

Mireille fut assez protectrice envers moi pendant ce voyage tout en me laissant faire ma LIVE comme elle disait si bien. C ‘était bizarre, pendant les visites , je ne la voyais pas puis d’un coup j’entendais derrière moi : Alors ça va ? Dans le car, parfois je dormais puis à mon réveil, je voyais un petit gâteau arriver vers moi et Mireille me disait : un ptit muffin ? une pomme ? Elle n’était pas scotchée à moi mais avait un œil sur moi. Elle savait que mon esprit partait souvent loin, très loin avec mon fils. Adorable Mireille.

***********************************************************************

UN PEU D’HISTOIRE

La capitale des Etats Unis est Washington.

Les États-Unis, également appelés les USA (United States of America), sont un pays transcontinental dont la majorité du territoire se situe en Amérique du Nord.

Il est constitué de 50 états .

Le quartier d’Hollywood à Los Angeles est célèbre pour ses studios de cinéma.

Les Amérindiens sont les premiers occupants du continent américain et leurs descendants. En 1492, l’explorateur Christophe Colomb pense avoir atteint les Indes orientales  alors qu’il vient de débarquer en Amérique. À cause de cette erreur, on continue d’utiliser le mot « Indiens » pour parler des populations du Nouveau monde.. L’arrivée des Européens en Amérique du Nord à partir du xvie siècle provoque d’importantes conséquences sur les Amérindiens : leur nombre s’effondre à cause des maladies, des guerres  et des mauvais traitements. Leur mode de vie et leur culture subirent des mutations. Avec l’avancée de la frontière et la colonisation des blancs américains, ils perdirent la majorité de leur territoire, furent contraints d’intégrer des réserves. Leur situation démographique, sociale et économique ne cesse de se dégrader. Depuis les années 1970, la communauté amérindienne connaît un certain renouveau : leur population augmente, la pauvreté recule lentement, les traditions revivent. Si les Amérindiens sont désormais des citoyens à part entière, ils restent malgré tout en marge du développement américain.

Les États américains

1. Alabama
2. Alaska
3. Arizona
4. Arkansas
5. Californie
6. Caroline du Nord
7. Caroline du Sud
8. Colorado
9. Connecticut 
10. Dakota du Nord
11. Dakota du Sud
12. Delaware
13. Floride
14. Géorgie
15. Hawaï
16. Idaho
17. Illinois
18. Iowa
19. Indiana
20. Kansas
21. Kentucky
22. Louisiane
23. Maine
24. Maryland
25. Massachusetts
26. Michigan
27. Minnesota
28. Mississippi
29. Missouri
30. Montana
31. Nebraska
32. Nevada
33. New Hampshire
34. New Jersey
35. New York
36. Nouveau-Mexique
37. Ohio
38. Oklahoma
39. Oregon
40. Pennsylvanie
41. Rhode Island
42. Tennessee
43. Texas
44. Utah
45. Vermont
46. Virginie
47. Virginie occidentale
48. Washington
49. Wisconsin
50. Wyoming